Skip to content

LA BIODYNAMIE

origine et fondements

La  biodynamie on en entend souvent parler mais à dire vrai, on ne sait pas trop ce que c’est.

Ouvrez bien grand votre esprit, on va vous parler cosmos, énergie, rythme sidéral, bouse de corne… bouse de quoi ?!

Vous êtes prêts ?

l'origine de la biodynamie

Au début du 20ème siècle, des agriculteurs s’inquiétent en constatant l’épuisement de leur terre et la dégénérescence de leurs plantes. Ils décident alors de faire appel à Rudolf Steiner, philosophe et scientifique d’origine autrichienne, fondateur de l’antroposophie ou « science de l’esprit ».

Il leur répond à travers une série de conférences qu’il tiendra au cours de l’année 1924.  Appelées « Cours aux agriculteurs », ces conférences posent les bases de la biodynamie.

LES GRANDS PRINCIPES DE LA BIODYNAMIE

Pour comprendre la biodynamie, il faut d’abord envisager le domaine viticole comme une entité vivante et globale. C’est-à-dire un véritable écosystème où tous les acteurs sont interactifs et interdépendants.

Imaginez en fait une voie à double sens qui relierait la terre au ciel et dans laquelle circulerait l’énergie de tous ces éléments sans embouteillage.

Tout l’enjeu est donc de favoriser l’équilibre entre les forces terrestres montant du sol (la terre) et les forces cosmiques venant des astres (le soleil, la lune et les planètes).

OK, mais concrètement ça donne quoi ?

Dans la pratique, la biodynamie se caractérise par 3 aspects essentiels : la diversification du domaine viticole, l’étude des astres et l’emploi de préparations biodynamiques.

1. La diversification du domaine viticole

Le viticulteur doit faire un travail conscient sur le paysage et favoriser la biodiversité pour faciliter les interactions : arbres, haies, animaux, diversification des cultures…
Cet aspect est essentiel pour comprendre la biodynamie.

2. L’étude des astres

  • Le rythme solaire

    C’est le plus déterminant d’entre tous, celui qu’on observe au quotidien avec les alternances jour/nuit, le rythme des saisons etc. Avec son lot de lumière et de chaleur, son influence est capitale sur l’activité de la plante.

  • Le rythme lunaire

    Parmi les grands rythmes lunaires, le plus connu et le plus facilement observable est celui des phases de lune croissante et décroissante.

On trouve aussi les phases de lune montante et descendante, de périgée et d’apogée, les nœuds lunaires, etc…et le fameux rythme sidéral qui détermine les jours racines, feuilles, fleurs et fruits dont on entend si souvent parler.

  • La position des planètes

    Il faut également tenir compte de la position des planètes par rapport à la terre : nœud planétaire, conjonction, opposition, quadrature…  on vous passe là les détails sur toutes les acrobaties des planètes, vous risqueriez un claquage.

2. Les préparation biodynamiques

Le vigneron dispose de préparations biodynamiques à pulvériser directement sur le sol et sur les plantes ou à introduire dans le compost. Identifiées par des numéros, on entend parler essentiellement de la 500, la 501 ou encore la 500P.

On met de la bouse de vache (oui oui !) dans une corne de vache vidée de son cartilage. On enterre le tout pendant l’hiver et HOP ! le tour est joué : l’activité bactériologique de la bouse de vache s’est démultipliée. Cette préparation est utilisée pour vivifier les sols.

Cette fois-ci, on met du quartz finement broyé dans une corne de vache et on enterre le tout pendant l’été. Cette préparation stimule la résistance et la vitalité des plantes.

C’est la bouse de corne (500) à laquelle on ajoute les six préparations à base de plantes (502 à 508) habituellement destinées au compost : achillée, camomille, écorce de chêne, ortie, pissenlit et valériane.

Notez que toutes ces préparations sont dynamisées, c’est-à-dire agitées d’une manière bien spécifique pour rendre le tout homogéne et actif.

Autre particularité : les préparations sont administrées à doses homéopathiques.

les articles récents

levures-indigènes

Les levures indigènes Les levures indigènes sont les levures naturellement présentes dans le milieu naturel. Contrairement aux levures industrielles, ces levures contribuent lors de la fermentation à préserver la typicité du vin et de son terroir.

Vendanges-manuelles

Les vendanges manuelles C’est la récolte des raisins à la main contrairement aux vendanges mécaniques où les raisins sont récoltés à l’aide d’une machine à vendanger. Les vendanges manuelles permettent de mieux protéger les baies de raisin.

Champagne-liqueur-expedition

Série sur le champagne La liqueur d’expédition C’est le mélange de sucre et de vin ajouté à la bouteille avant le bouchage définitif afin d’obtenir un champagne plus ou moins dosé en sucre : brut nature, extra brut, brut, extra dry, sec, demi-sec, doux.

Champagne-Dégorgement

Série sur le champagne Le dégorgement Action qui consiste à expulser les résidus concentrés dans le goulot en congelant celui-ci. Le bouchon de glace emprisonnant le dépôt est expulsé par la pression lorsqu’on ouvre la bouteille.

Champagne-Remuage

Série sur le champagne Le remuage Opération qui consiste à incliner les bouteilles tête en bas et à les tourner successivement de droite à gauche pour faire glisser les dépôts (résidus de fermentation) vers le goulot.

Champagne-Elevage

Série sur le champagne L’élevage sur lattes Procédé qui consiste à faire vieillir le champagne en stockant les bouteilles couchées sur des lattes en bois pendant un minimum de 15 mois.

Champagne-Assemblage

Série sur le champagne L’assemblage C’ est l’opération qui consiste à mélanger différents vins de base qui peuvent être ou non de la même année (vin jeune ou vin de réserve) ou issu du même cépage.

Champagne-Prise-mousse

Série sur le champagne La prise de mousse C’ est l’opération au cours de laquelle le vin tranquille, une fois mis en bouteille, se transforme en vin mousseux par une deuxième fermentation